29 mars 2017

Concours d’écriture rapide – Créations 2018

 

Les textes de la finale 2017 sont à présent lisibles depuis l’onglet « Editions précédentes »…

 

Sessions d’entraînement 2017-2018

Rendez-vous avec toutes les équipes finalistes vendredi 8 juin à 13h30!

A très bientôt!

Un grand bravo à toutes et à tous !

Merci pour ces partages!

N’hésitez pas à m’envoyer vos propres productions à l’adresse : helene.cudennec@reseau-canope.fr

Collège Emile Combes de Pons – 5e – séance d’entraînement du 18 mai 2018

Avec trois mots : bracelet, sueur, livre. Puis une image. Puis le mot rendez-vous.

Camille, Edelweiss, Eliot, Maxime

*Collège de La Tremblade – 6e – cinquième session d’entraînement… Bravo pour ces jolis moments que vous nous offrez!

rêves – illégalité – chaussures – étages – corde

Cette nuit, dans mon sommeil profond, je rêvais d’être au dernier étage d’un immeuble. Je fermais les yeux pendant quelques secondes et me laissais tomber dans le vide. Quand je rouvris les yeux je planais au dessus de la ville, j’étais devenu un oiseau. Tout d’un coup mon rêve ne devint plus que du noir. J’entendis des bruits suspects, j’ouvris les yeux et je vis une corde qui se balançait à ma fenêtre. Je vis une silhouette qui s’éloignait de mon appartement et je pris l’initiative de la suivre. Je me rapprochai de plus en plus et je vis dans sa main une boite à chaussures. Nous arrivions au pied d’un immeuble inconnu, la silhouette rentra et je la suivis. Elle entra dans une cave. A l’intérieur, il y avait des centaines de boites à chaussures, elle ouvrit la boite et en me penchant par-dessus son épaule, je vis qu’elle contenait mon rêve. Cet inconnu devait depuis longtemps déjà voler les rêves de toute la ville en toute illégalité.

Ema, Halana, Elise

Au fin fond d’une ruelle étroite se tenait une toute petite boutique. Elle était tenue par une vieille dame aux cheveux blancs et aux mains frêles. Elle y vendait toutes sortes de choses farfelues. Au deuxième étage de la boutique, trônait dans une vieille boîte, une paire de mocassins noirs vernis. Les deux étaient folles amoureuses l’une de l’autre. Elles vivaient paisiblement entourées de papier de soie, en se murmurant des mots tendres. Jusqu’au jour où, un jeune homme entra dans la boutique, demanda conseil à la vendeuse avant de choisir la boîte des deux amoureux. Il les essaya, puis fort content de son choix, il repartit avec. Quand il commença à les porter, les chaussures avaient le cœur brisé parce qu’elles ne pouvaient plus se voir. Tantôt la chaussure droite se trouvait devant et tantôt derrière, tout comme la gauche. Elles pensaient que c’était une illégalité de les séparer ainsi, car elles ne pouvaient plus discuter. Le seul moment où elles pouvaient se voir était quand la nuit tombait. Enfin elles pouvaient rêver de leur ancienne vie si calme. La chaussure gauche finit par s’user et dut rejoindre la poubelle. La chaussure droite fut accablée de chagrin et décida de mettre fin à ses jours. Elle décida de se pendre mais n’ayant pas de corde sous la main elle prit son propre lacet et se pendit à la porte d’entrée. Puis elles vécurent heureuses et libres au paradis des chaussures.

Eugénie, Romane, Lou

* Un petit cadeau de la part du Collège Léon Blum de Limoges – classe de 6e, nos invités extérieurs à titre expérimental : un grand merci à eux!

Il était une fois, un enfant roi qui était très désordonné. Sa mère décida de contrôler sa maison, il ne faisait que des caprices.

Un jour sa mère cria de peur, elle vit une mite dans le grand dressing de son fils. Il arriva juste à temps avant que sa mère ne la jette dehors. Il lui arracha des mains. L’enfant roi décida de la mettre dans son lit.

Il était vingt heures quand son père rentra du travail. Il rentra dans la chambre pour voir si son fils dormait bien, il aperçut une mite dans le lit. Il réveilla son fils qui sursauta.

Celui-ci se mit à raconter des mensonges : si son père vendait la mite, il gagnerait un millions d’euros !

*Merci aux élèves de 6e du collège de La Tremblade pour ces partages de leur deuxième et troisième session d’entraînement, réceptionnés le mardi 24 avril 2018 :

Entraînement 2 : reste – noir – brillant – entier – plante

Dans un saladier en verre brillant, posé sur la table vêtue d’une nappe fleurie, une dispute éclate ; Robert le haricot vert reproche au radis noir de prendre trop de place :

« Il ne me reste plus d’espace pour respirer » se plaint-il

Marie-Pierre la pomme de terre prend alors la parole :

« Robert arête donc de raconter des salades ! Tu n’as qu’un petit pois dans la tête! »

Léon le citron s’écrie :

« Oh hé, on se calme ici, de toute façon on va tous finir dévorés par l’humain! »

Alors Natacha la noix intervient :

« Léon ne te la ramène pas tu n’es même pas entier tu n’es qu’une rondelle ! Ne sois pas si pressé d’être mangé !»

La plante en pot posée sur la commode en bois a assisté à cette embrouille, elle se moque d’eux sachant qu’elle ne finira pas dans un estomac !

Salomé la carotte râpée hurle :

« QU’ON EN FINISSE !!!!! »

La bataille éclate ! Une patate par-ci, un poireau par-là, les feuilles de laitue volent et les insultes fusent :

« Je vais te réduire en purée ! »

« Espèce de tête de cornichon ! »

Un vrai champ de bataille…

La seule survivante de ce carnage est une petite tomate, elle s’avance lentement et dit:

«Mes sœurs, mes frères, tous réduit en bouillie…»

Eugénie, Romane et Lou

 

Entraînement 3 : Elément – sourire – milieu – base – fleur

Hier je me suis réveillé dans mon box. Quand j’ai regardé par la fenêtre de la roulotte, le cirque traversait la ville sous le sourire des passants. Nous arrivions à un emplacement au centre de la ville. Les ouvriers s’affairaient à assembler les éléments du chapiteau. Ils commençaient à monter la base, pendant que mon écuyère venait me chercher pour me préparer. Elle m’emmena derrière les rideaux rouges et jaunes. Les rideaux s’ouvrirent. Elle me conduisit au milieu de la piste. La lumière vint à nous. Mon écuyère était vêtue d’une robe mordorée telle que la mienne et elle portait sur la tête une couronne de fleurs. Je commençai mon numéro en faisant voler le sable sous mes sabots puis je le terminai par un magnifique cabré. Enfin je sortis sous les applaudissements du public.  Le spectacle était terminé, nous remballions le chapiteau et repartions vers de nouveaux horizons.

Elise, Ema et Halanah

***

*Merci aux élèves de 6e du collège Marc Jeanjean de Matha, pour les partages de textes suivants -réceptionnés le mardi 24 avril 2018 :

LA MUSIQUE

J’étais encore toute petite quand j’ai assisté à mon tout premier concert.

Je crois que le groupe s’appelait les Binuchards. Quand je les ai vus ils jouaient sur un très beau bateau. Ils vendaient des tee-shirts avec des cagouilles. Maintenant je préfère les groupes qui jouent de la guitare électrique. Même moi je m’y suis initiée.

Tout cela me revient en tête car aujourd’hui  je vais jouer à mon premier concert devant à peu près trois cents personnes dans la salle des fêtes de Matha.

Il y a eu beaucoup de bruit dans la salle. Quand tout fut fini, j’ai entendu plein d’applaudissements. Une fois que tout le monde est parti : un gros problème est survenu. La salle des fêtes prit feu. Les pompiers arrivèrent, ils éteignirent le feu. Mais le maire arriva et dit que cela coûtera beaucoup d’argent.

Fini le rock’n roll à Matha.

Quentin, Ethan et Andris (2ème entraînement)

***

Mes vacances à La Rochelle

Je me souviens de mes dernières vacances.  A la Rochelle, il y avait un concert de musique sur la plage. Nous avons vu beaucoup d’instruments à corde dont des guitares qui étaient électriques.

J’étais avec mon copain Paul qui était en vacances lui aussi.

On écoutait la musique sur la plage quand soudain la mer s’est agitée. Tout le monde a dû partir. Une énorme vague est arrivée sur la plage.

J’ai entendu du bruit, comme si la mer me parlait. J’avais l’impression que la mer me disait de venir avec elle.

Je me suis approché et là j’ai vu un requin venir vers moi. Ça m’a rappelé le requin de l’Aquarium de la Rochelle qui avait un problème à la nageoire.

La mer m’emporta sur un requin en argent.

Dès que j’ai touché l’eau, je me suis transformé en sirène.

Thibaut, Rémi et Clara (2ème entraînement)

***

En Charente – Maritime, il y a deux jeunes filles qui sont devant leur ordinateur. Ces filles n’ont pas d’idée et ont l’impression que l’ordinateur se balance et qu’il va leur tomber dessus comme un arbre. Quand elles regardent le clavier, il leur semble que les touches sont des nuages . Quand elles veulent partir c’est comme si elles étaient prises aux pièges par des racines que la nature a mis au monde. Mais elles ont réussi à s’échapper.

Cindy et Marjorie (1er entraînement)

 

*Quelques productions issues de la troisième séance d’entraînement réalisée au collège Emile Combes de Pons (5e), le vendredi 6 avril 2018,  avec tout d’abord : deux mots et une image, puis un troisième mot, et enfin un quatrième mot.

Nous sommes bien dans les conditions réelles du concours avec 4 mots et une image.

Clément, Edelweiss, Yoannick

***

*Quelques exemples de résultats sonores de la première session d’entraînement au collège de Pons, réalisée le 22 décembre 2017 avec seulement  une image (un éclair d’orage)et deux mots (bateau et calme) pour débuter :

 Clément,   Juliette,   Maxime.

***

*Un exemple du Collège Saint Louis de Pont l’Abbé d’Arnoult (5e)

Avec les mots piochés dans l’ordre : gîte, internet, double puis mesure, avion

Il était une fois dans la ville de Pont l’abbé d’Arnoult, trois amis qui s’appelaient Alex, Henry, Louis. Ils étaient dans un collège puis après les cours ils revenaient au gîte.
Le gîte est un endroit qui accueille des personnes, je me rappelle une nuit du 26 janvier il n’y avait plus d’électricité et d’internet. Les pauvres garçons ne pouvaient pas appeler leurs parents.
Soudain alors qu’ils étaient dans leur lit, un bruit étrange retentit, puis, un autre qui faisait le double de bruit du premier. Tout à coup quelque chose d’une mesure d’au moins trois mètres roda autour du bâtiment.
Soudain un cri retentit puis plus rien. A ce moment-là, il y avait Alex qui avait tellement peur qu’il ne pouvait plus bouger. Alors Henry décida de se lever et sortir de son lit pour jeter un coup d’œil dehors. Tout à coup Henry revint affolé. Il nous expliqua que le cri était le gardien du gîte.
Il nous dit qu’il le découvrit mort. Soudain un grincement de porte nous effraya tellement que nous étions obligés de rester dans nos lits pour nous cacher. Le monstre passa à côté de la porte.
Louis dit : « Les gars, on fait quoi ?
-Aucune idée, répondit Henry
-J’ai une idée ! , s’écria Alex
-Ouais vas-y c’est quoi, se demandèrent les autres.
-On fait une partie de Minecraft puis on apprend comment on peut le tuer comme l’Ender Dragon.
Le monstre repassa dans la chambre et ravagea toutes les affaires des enfants.
Louis réfléchit comment les enfants peuvent s’enfuir d’ici.
Henry essayait de construire une arme pour tuer le monstre mais Alex avait trouvé l’idée du siècle ! Alex savait qu’il y avait un avion sur le grand lac près du gîte.
Alex dit «Venez avec moi, ne dites rien et suivez-moi sinon le monstre nous verra, ok ? »
– Ok, répondirent Henry et Louis.
On se rend vers le grand lac puis Alex nous montre l’avion.
-Woah !
-Mais je sais pas comment le conduire.
-Ne t’inquiète pas je sais comment faire ».
Henry pilota l’avion puis il réussit à atterrir à la base militaire de Cognac.
Les trois enfants racontent tout au commandant, celui-ci accepte de les aider mais les enfants devaient dire où se trouvaient les personnes vivantes. Puis bombarder le monstre de missiles nucléaires.
Alex,Henry et Louis ont réussi à se sauver de l’effroyable monstre.
Cette histoire a été créée et imaginée par Alex,Henry et Louis.

***

*Une nouvelle session d’entraînement au collège de Pons (5e) le 9 mars 2018
avec encore une fois seulement deux mots (Joie et Rêve) et une image (coucher de soleil sur la mer)
Voici quelques productions audio réalisées le jour même : Lisa, Marie et Mathéo.
Puis les textes ont été retravaillés le 16 mars pour cette publication écrite : 

Lisa-Camille-Maxine
Bonjour,
Je m’appelle Mila et aujourd’hui, c’est mon anniversaire.
Quelle joie ! Cet après-midi, je pars à Royan avec mes meilleurs amis pour visiter le phare de Cordouan. Enfin, je réalise mon rêve qui est d’être avec mes amis pendant un mois. Nous avons prévus de faire plusieurs activités comme que les attractions de Luna-Park. Le jour tombait pendant que nous regardions ce magnifique paysage et nous vîmes un jeune garçon apparut. Nous décidions d’aller lui parler, il s’appelait Jérémy, il avait quinze ans et il habitait dans les environs à Vaux-Sur-Mer.

Marie-Juliette-Léonie
Un beau jour d’été, une famille avec deux enfants, des jumeaux qui s’appelaient Margaux et Lucas, décida d’aller avec joie sur l’île de Ré.
Une fois arrivés, ils virent au loin le phare des Baleines. Depuis tout petit, leur rêve était de monter au sommet de celui-ci. Mais leurs parents n’étaient pas d’accord et trop fatigués par le voyage. Margaux et Lucas étaient très déçus.
Dans la soirée, les enfants décidèrent de jouer à « 1, 2, 3, soleil » en attendant le coucher de soleil pour monter dans le phare sans l’autorisation de leurs parents dès qu’ils seraient endormis.
Une fois la nuit tombée, ils y allèrent, cassèrent la porte et entrèrent dans le phare. Ils montèrent jusqu’en haut. Trop fatigués, ils s’endormirent.
Le lendemain matin, le gardien les retrouva et les ramena à leurs parents.

Mathéo-Yoannick-Dylan :
En 2005 dans une belle ville de Charente-Maritime, nommée La Rochelle un très vieux monsieur était connu pour sa joie de vivre. Il s’appelait André, il était heureux comparé à l’époque de la 1ère guerre mondiale qu’il avait vécue comme un calvaire. A force de penser à cette époque cela le plongea dans un rêve profond, il se réveilla dans les tranchées au bord de la mer devant un coucher de soleil. Il vit un avion ennemi crashé sur la plage où se trouvaient des allemands. Il alla voir et constata plusieurs survivants, il était en train de les sortir un par un quand une explosion surgit. André fut le seul survivant de cette explosion. Chaque année à la même date, il revient sur les lieux.

Manon-Roxane-Elisa
Cette histoire se situe dans en Charente-Maritime, dans le collège Émile Combes de Pons. Tous les élèves étaient contents et ressentaient de la joie quand la sonnerie retentit pour signaler la fin des cours. Evan était grand aux yeux marron et aux cheveux bruns. L’un de ses plus grands rêves était d’arriver chez lui car c’était vendredi. Le soir même il alla à Royan sur sa plage préférée pour regarder le coucher de soleil. Mais Evan trouvait que le coucher de soleil n’était pas comme d’habitude, il commençait à y voir flou et s’écroula sur le sable chaud et ne se réveilla plus…

Quentin-Donovan
Dans le futur, en 2100, des robots aident les personnes âgées quand elles sont en difficulté. Quand elles réécoutent la musique de leur enfance, elles ont de la joie intérieure. Les robots rêvent de devenir humains et veulent apprendre à nager pour voir les couchers de soleil dans l’eau mais ils ne peuvent pas car s’ils y vont, ils seront, court-circuités.

***

*Quelques exemples de résultats sonores de la première session d’entraînement au collège de Pons, réalisée le 22 décembre 2017 avec seulement  une image (un éclair d’orage)et deux mots (bateau et calme) pour débuter :

 Clément,   Juliette,   Maxime.

***

 

 

Aix Libris - Atelier Canopé La Rochelle
84 Avenue rue de Bel Air
17028 La Rochelle
contact.atelier17@reseau-canope.fr
05 46 00 34 60